Les puzzles à licence ont le vent en poupe


Les puzzles / dimanche, août 26th, 2018

Le développement de l’industrie du cinéma et notamment du cinéma d’animation pour les plus jeunes a entraîné depuis quelques années une forte expansion des puzzles à licence. Petit tour d’horizon des licences ciné qui ont le vent en poupe.

Le rouleau compresseur : le puzzle Reine des Neiges

Ce n’est pas le plus ancien des puzzles à licence célèbre, loin de là, mais c’est certainement celui qui a connu l’expansion la plus foudroyante ces dernières années : le puzzle prenant pour thème la Reine des Neiges, de Disney, avec pour principaux personnages Elsa et Anna, est désormais un incontournable des magasins de jouets et l’on en trouve sous la plupart des sapins de Noël dans les chaussures des petites filles (principalement).

Ce thème de Disney touche en fait plutôt les enfants et en particulier les jeunes filles, et les puzzles Reine des Neiges sont composés, pour la plupart, d’un faible nombre de pièces, quelques centaines tout au plus. La grande majorité de ces puzzles peuvent être utilisés dès 3 ou 4 ans. Bien évidemment, ces puzzles d’une quarantaine de pièces possèdent des éléments en cartons dont la taille est adaptée aux petites mains. En raison du très jeune âge des utilisateurs de ces puzzles, les fabricants mettent davantage l’accent sur le développement de l’enfant, la motricité fine, l’apprentissage de la concentration. On trouve d’ailleurs souvent des boîtes de jeu qui contiennent en réalité plusieurs puzzles adaptés à divers âges, afin de suivre l’enfant sur plusieurs années.

On ne résiste pas à l’envie de revoir encore une fois le tube planétaire “Libérée, Délivrée” qui connut un succès immense dès la sortie du film d’animation en 2013 :

Le challenger : le puzzle Star Wars

L’autre licence phare dans le monde du puzzle est sans aucun doute Star Wars. L’univers créé par George Lucas et porté sur grand écran pour la première fois en 1977 s’adapte particulièrement bien au puzzle : beaucoup de personnages tous plus exotiques les uns que les autres, nombreux paysages spatiaux et planétaires, sans compter les grandes scènes de bataille. C’est sans aucun doute la raison du succès du puzzle Star Wars, qui s’adresse cependant à un public tout à fait différent de la Reine des Neiges.

Le public qui s’intéresse aux puzzles Star Wars est en réalité composé de deux catégories distinctes, que le marketing cible de manière aussi intelligente que logique. On observera ainsi dans les magasins et sur tous les sites internet deux grandes typologies de puzzle consacrés à la Guerre des Etoiles :

Tout d’abord les puzzles consacrés à la Trilogie Originale (sortie entre 1977 et 1981) ou à la Prélogie (sortie entre 1999 et 2005) : ces puzzles sont principalement dédiés à un public masculin plutôt composé d’adolescents, de jeunes adultes ou de fans de tous âges. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans cette catégorie des puzzles de très grande taille : un coffret de 1 000 pièces, 2 000 voire 5 000 pièces sera ainsi plutôt courant lorsque les illustrations du puzzle ciblent ces deux trilogies de film. Les plus grands puzzles Star Wars dédiés aux adultes (ou aux enfants très patients) avoisinent les 20 000 pièces (oui, vous avez bien lu : vingt mille pièces !), ce qui est tout à fait exceptionnel dans le milieu du puzzle cinéma. Mais il existe heureusement des puzzles orientés vers le jeune public !

La seconde catégorie de puzzle Star Wars est celle consacrée aux films qui ont vu le jour depuis le rachat de la licence par Disney, et la parution de nouveaux films : Star Wars Episode 7, puis 8, bientôt 9, sans compter les autres films annexes comme Rogue One ou Solo. La stratégie marketing de Disney semble davantage orientée vers un jeune public, donc avec des puzzles de plus petites tailles, et sans cibler uniquement les garçons puisque de nouveaux personnages féminins comme Rey sont au premier plan de ces films, attirant un public de jeune filles.

Et les autres ?

Face aux deux mastodontes que sont La Reine des Neiges et Star Wars, peu de licences tirent leur épingle du jeu et leur succès est en général plutôt éphémère. La licence Cars, toutefois, a su attirer un (très) jeune public sur la durée, dès la sortie du premier film d’animation des studios Pixar. C’est une licence très importante dans le secteur du jouet mais qui n’a rien de comparable avec les deux précédentes. Le succès d’autres licences comme Vaiana, bien qu’honorable, reste toutefois purement symbolique et ne s’inscrit pas dans la durée.

Laisser un commentaire